Poésie hébraïque de la revenance dans l’après-Shoah

Publié le

Aquarium vert

HAIM GOURI

Histoire de neige

Des corridors faiblement éclairés, de l’ammoniaque, de la nicotine.
Des pièces combles.
Sur trois niveaux de châlits je découvre
L’authentique promiscuité.
Souvent j’entends des cris dans mon sommeil.
Quelqu’un comme un grand enfant, se souvient de ce qu’on lui fit subir
Ou de ce que virent ses yeux.
Puis le silence retombe comme dans le passé sur les couvertures et les vestes.
De l’air confiné craignant le mois le janvier,
Qui veille sur nous fidèlement, gaz carbonique
Et naphtaline.
C’est l’enfer, dis-je à la petite Koti,
Elle me répond « qu’un poète doit choisir avec prudence
Ses mots »,
Et « que l’enfer c’est autre chose ».
Moins vingt degrés à l’extérieur,
C’est la ville de glace
Où la plupart des rues sont plongées dans l’obscurité.
Ici et là un réverbère dispense sa lumière.
Dans le grand immeuble que nous occupons provisoirement,
Le pain et…

View original post 595 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s