« Tout choix est hérétique. »- Jean-Pierre Prud’homme – Reliance (extraits)

Publié le

jpp

Reliance

( aphorismes )

jean-pierre prud’homme

à mes amis,

Pierre Lacoeuilhe

&

Philippe Laurin

L’aphorisme n’a de sens que dans l’horizon qu’il ouvre.

(cf. étymologie : apô horizôn)

“Je t’aime” n’est qu’un mot de passe …

… une holophrase , disait Roland Barthes.

Pour le vivant humain, rien n’est définitif ;

tout est infinitif.

Le tout réside dans l’art de savoir conjuguer.

L’infinitif “présent” qu’est le temps.

(il y a/es gibt)

“Aller vers” :

… pour cueillir,

… pour prendre,

c’est cela apprendre !

(cf. étymologie : ad prehendere)

Dessiller des yeux, frapper à la porte d’oreilles, c’est surtout cela

enseigner.

Apprendre à marcher, c’est apprendre à ne plus tomber !

(cf. Jann Gallois : p=mg)

Savoir se tenir, en évitant de se maintenir.

jpph – 26 fév. 2015

La curiosité sans la studiosité est vaine ;

La studiosité sans la curiosité est bêtise.

Privilégier l’exercice de la patience, prendre le temps d’étudier l’amont des

choses, échapper ainsi à la tyrannie de l’urgence .. pour accueillir l’à-venir.

L’étude appelle la stupeur, l’étonnement.

(cf. étymologie : studiare / stupire)

La beauté appelle.

(kalos / kallein)

Donner sans générer chez autrui quelque chose d’utile,

ce n’est n’est pas être généreux.

Partager sans prendre part, n’est pas partager.

Un savoir sans saveur n’est pas un savoir.

(cf. étymologie : sapor)

Toujours l’expérience aura résulté d’une mise en péril.

(cf. étymologie : ex-periri)

Quelle route suivre ?

Trouver le détour, frayer le chemin qui mène le plus pertinemment au but.

(cf. étymologie : via rupta)

L’errance bien tempérée n’est pas toujours source d’erreur. Elle nous

mène quelquefois, heureusement, à la trouvaille, à l’apparoir, à

l’épiphanie d’une vérité.

Le bon heurt peut engendrer le bonheur, mais aussi le malheur.

La reprise n’est pas répétition, n’est pas itération.

C’est un “recommencement en avant”.

(cf. S. Kierkegaard)

Savoir lier, tresser, relier, tisser …, et quelquefois repriser, ravauder.

jpph – 26 fév. 2015

Un seul mot en français pour dire l’analogie et l’homologie, i.e. la

ressemblance et la correspondance : comme.

Il en va de même quant à la confusion scriptale quand il s’agit pour

certains de dire la cause (pourquoi) ou la finalité (pour quoi).

Interroger les “allant-de-soi”, les poncifs, pour y découvrir de l’invu, de

l’inouï, de l’intact .. et peut-être créer un poncif nouveau !

Inventer, c’est trouver là où c’était.

(cf. étymologie : inventio)

Obéir, c’est porter son écoute vers ..

(cf. étymologie : ob-audio)

Etre responsable, c’est “répondre de” dit-on.

Mais comment conjuguer le “ce sur quoi je peux agir”, avec le “ce sur

quoi je n’ai pas de prise” ?

Primauté du devoir sur le dû. Car tout dû est impayable ; nous n’en

sommes jamais quitte.

Ne pas confondre frontières et barrières.

A l’ère de l’immédiateté, à cette époque où nous nous sommes affranchis

de l’espace, qu’en est-il du politique ?

L’administration est devenue une ab-ministration.

Ce qui est exelien n’est pas toujours excellent !

L’hospitalité : la régulation de deux hostilités potentielles, de deux

altérités, de deux étrangetés.

(cf. étymologie : hospes, hostis, hostire)

Nous, fils d’Abraham, d’où nous vient cette frérocité ?

Aussi le voisin est devenu un lointain, et le lointain un proche.

jpph – 26 fév. 2015

Le moi n’est plus haïssable. Nous sommes entrés dans un nouveau

monde : celui du tout à l’ego. La merdonité a remplacé la modernité.

Nous devenons de plus en plus solitaires les uns des autres.

L’orthodoxie sans hétéropraxie privilégie le dogme, … non la norme.

Les avant-gardistes sont des créateurs de dogmes !

Tout choix est hérétique.

(cf. étymologie : airesis)

Désirer, c’est sortir de la sidération. Dans eros, il y a oser.

(cf. étymologie : de-siderare)

L’écran, comme lieu de protection et de réflection, a remplacé l’écrit, lieu

de révélation et de réflexion.

La représentation a pris le pas sur la présentation, le paraître sur l’être.

Pathologie des mots en “isme” : modernisme, intégrisme, féminisme,

humanisme, … Ma préférence va pour les mots en “té” : modernité,

intégrité, féminité, humanité, .. Le nazisme aura été un humanisme, une

idéologie de l’Homme, en l’occurrence un humanisme sans humanité !

“La foi, c’est l’espérance d’un amour.”

(cf. cardinal Poupart à Jerphanion)

jpph – 26 fév. 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s