Frontières numériques : perspective sociotechnique

Publié le

Acteurs, réseaux et systèmes

Frontière

La frontière est construite. Elle se fabrique. C’est une barrière, ce sont des drapeaux, c’est le fortin d’un douanier, un panneau de signalisation sur l’autoroute ou un mur hérissé de barbelés. La frontière se dit : c’est une ligne pleine ou discontinue sur une carte, un cadastre, des mots, le cri aigu des sirènes d’alarme. La frontière se pense : c’est une loi, un projet. Elle se garde : ce sont des contrôles, des règles, des quotas. Elle se transmet : c’est un héritage. Elle se franchit avec un laisser-passer, ou s’outrepasse. La frontière est tissée d’humains et de non-humains, résultat d’interprétations et de représentations, d’actions et d’interactions, de négociations, de redditions. Instrument de pouvoir, la frontière est un dispositif foucaldien par excellence. Elle est contingente, imaginaire et physique, discursive, technique, juridique, économique, historique. C’est une matrice hétérogène susceptible d’être modifiée par les déplacements des éléments qu’elle ordonne.

Une chaîne de montagnes ne devient une…

View original post 524 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s