Mémoire de mes putains tristes – Gabriel Garcia Marquez.

Publié le

.

Mémoires de mes putains tristes

« L’année de mes quatre-vingt-dix ans, j’ai voulu m’offrir une folle nuit d’amour avec une adolescente vierge. Je me suis souvenu de Rosa Cabarcas, la patronne d’une maison close qui avait l’habitude de prévenir ses bons clients lorsqu’elle avait une nouveauté disponible.

Je n’avais jamais succombé à une telle invitation ni à aucune de ses nombreuses tentations obscènes, mais elle ne croyait pas à la pureté de mes principes. La morale aussi est une affaire de temps, disait-elle avec un sourire malicieux, tu verras. »

Extraits

(…). Je lui ai chanté à l’oreille Un ange veille sur le lit où Delgadina s’est endormie. Elle s’est détendue. (…).

Quelqu’un pleurait à grands cris dans la rue, et personne ne s’en inquiétait. Au cas où il en aurait eu besoin j’ai prié pour lui, et pour moi aussi, en disant une action de grâces pour les bienfaits reçus :

View original post 335 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s