Dépucelage Virginie Lou-Nony chez e fractions editions @FOL75 @lounonygmailcom

Publié le Mis à jour le

2014
ebook carte : 0,99€
(version papier chez partenaires)

Un lot de cartes ebook. Merci F.Olivier Laferrere, l’éditeur-auteur. Au milieu de ces perles, une oeuvre de Virginie Lou-Nony. Un format court. A peine deux heures d’attention. Une perle distinguée. Un style sûr. Un ton maîtrisé. Une structure sans failles. Un phrasé fluide pour tous les regards et pour tous les gueuloirs. Direct et indirect se conjuguent avec harmonie et mélodie. Bon, trêve de fleurs pour ce… tombeau. Un tombeau poétique. Ces tombeaux qui oscillent entre purge et règlement de compte, entre lumière et reconnaissance, entre vie et mort. Mort sans concession. Les cendres du souvenir ( bon-mauvais ) ne méritent pas que l’on dépense un centime pour leur envol esthétique.

Elle et lui. C’est elle qui raconte. Elle nous parle de lui. Tu parles : elle parle encore de lui. A lui, elle parle encore. En son âme abîmée par lui, en son corps ébloui par lui. Lui, lui, lui. Qui donc est lui ? Un Janus bifrons. Un caméléon menteur crétois. Un Casanova sympathique doublé, dédoublé, adoubeur, doux et cruel. Il s’appelle Baptiste. Lui assènera à elle un baptême par le fond et par la surface : « il ne cesse de la quitter effleurant sa tempe d’un baiser ». C’est moins du doux-amer que de la cruauté incorporée qui inonde les souvenirs d’elle ; elle qui exprime si fortement les paradoxes de la nostalgie telle que la définit Barbara Cassin : « enracinement et déracinement, voilà la nostalgie. »

Dépucelage est un mémoire d’exil. Et pas d’exil sans confiance, sans confidence, sans foi. Que la foi soit illusoire et bien réelle – dans le même temps – importe beaucoup : les sales histoires abreuvent le compost puant du devenir encore plus femme, plus amante, plus vivante. Ambiance Portier de nuit. Oui, Molly, oui, elle veut bien. On peut aimer de dégoût. On peut devenir, par une curieuse et banale force extérieure ( la mort, inévitable ) une amoureuse follement dégoûtée et à peine dépitée.

Prouesse ici de ne jamais chuter dans le masochisme freudiste. Alors, sans théorie, un sentiment et une certitude digne de Kafka : « …le pire était à venir. » Qui peut mieux dire un tel suspens ?
De telles suspensions permettent aussi les envolées des sternes, ces hirondelles des mers.

20140416-145258.jpg

Publicités

Une réflexion au sujet de « Dépucelage Virginie Lou-Nony chez e fractions editions @FOL75 @lounonygmailcom »

    pandoratears a dit:
    17 avril 2014 à 12:13

    Et ben dis donc !
    Non seulement ils nous font du mal, ces mâles, mais il faudrait encore parler d’eux !

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s