Schroder, le premier livre traduit en Français d’Amity Gaige est son troisième livre ( Belfond )

Publié le Mis à jour le

Schroder
Amity Gaige
traduction de l’anglais (américain) Isabelle D.Philippe.
Belfond 2014
22€ 343p.

On le sait depuis Georges Devereux : le changement brutal de culture peut produire chez l’individu différentes formes de schizophrénie. Ainsi le narrateur Schroder, jeune allemand de l’Est délocalisé aux USA qui décide, adolescent de changer son nom ( rien de plus facile aux US de l’époque – pas de fichiers électroniques communicants ) en… Kennedy (mais rien à voir – assure-t-il avec JFK, même si, sur un autre plan, Amity Gaige reconnaît s’être « inspirée » du fait divers Clark Rockfeller qui avait enlevé sa fille par amour et par résistance à un divorce sanglant).

Quand on change de nom, on change d’identité ou on multiplie ses identités. Kennedy sait et ne sait pas qui il est. D’où la méprise du mariage avec une catholique alors que Kennedy se fiche bien de l’église. Mais il aime sa femme, et même son ex, enfin un certain temps – il y a des limites – et surtout il aime sa fille. D’où tous ces malentendus d’une banalité désormais standardisée. D’où l’incommunicabilité, d’où le sentiment d’exclusion. D’où l’intégration désintégrante…

Kenndy-Schroder serait-il sympathique ? C’est l’exploit d’Amity Gaige. La narration parlée autant qu’écrite force le récepteur à une espèce de compassion sans pitié, de charité sans spiritualité, une sorte d’einfühlung, impression irrépressible d’être « chez soi chez l’autre » l’autre étant le narrateur. Et c’est bien là l’exceptionnelle et rare subtilité de la vraie narratrice : Amity Gaige.

Ainsi Kennedy-Schroder écrit-il pour s’expliquer plus que pour se défendre. Il écrit à la mère de sa fille. Il lui narre son fait. Il raconte son histoire. Il avoue TOUT. Le sommet de l’aveu tient en quelques mots répétés, lancinants :

Je t’ai déçue.
Je t’ai déçue.

Etc. (que l’on peut entendre avec la musique d ‘Alain Bashung : je t’ai manquée…)

Plus qu’à Joyce ou Beckett, on pense à ce moment-là à Roman de Vladimir Sorokine…

La fierté humiliée, l’intégration désintégrante se mêlent aux aveux impudiques et monstrueusement coupables et pourtant si humains, si sensibles, si aimants. Le Pélican symbolise l’amour paternel absolu (le pélican mâle se sacrifiant pour sa progéniture). Le lecteur se délectera de grands moments d’amour filiaux du narrateur. L’enlèvement deviendra fuite et fugue, instants de bonheurs partagés et à jamais imprenables. Le rêve. Mais quand le rêve devient réalité, les problèmes, les gros problèmes surgissent, dévastateurs.

Ce que nul ne pourra jamais reprocher à Kenndy-Schroder : l’aliénation parentale ne sera jamais son fait. Il y a aussi des limites à la schizophrénie culturelle ; la principale limite est, bien sûr, l’amour de zeste de citron. A cette limite finale près : l’acidité du citron explose en « éclats de verre ». Intégration désintégrante (Porcelaine et Volcan*). Impossible de mieux terminer un roman.

Didier Bazy

*titre de la 22ième série de Logique du sens de Deleuze :
« Toute vie est bien entendu un processus de démolition » (Fitzgerald)

Auteur de nombreux essais et nouvelles publiés dans le New York
Times, la Yale Review, le Los Angeles Times… Amity Gaige est l’auteur de trois romans. Schroder est son troisième opus mais le premier traduit en français.
Unanimement salué par la critique, Schroder a notamment figuré sur les listes des meilleurs livres de l’année 2013 du New York
Times, du Publishers Weekly, de la Kirkus Review, du
Huffington Post, du Washington Post et d’Amazon.

Amity Gaige enseigne la fiction writing au Amherst Collège, dans le
Massachusetts, et vit à West Hartford, dans le Connecticut, avec
son mari et ses deux enfants.

Schroder est parmi les huit romans finalistes
du nouveau grand prix littéraire anglais FOLIO PRIZE
qui sera proclamé le 10 mars 2014.

20140309-165831.jpg

20140309-165857.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s