Dupin

Publié le

grande poésie

enjambées fauves

.

Tu serais avec moi sous le masque
nous nous endormirions garrottés

corrodés par la sécheresse

momifiés dans la couleur
adossés à la toute-puissance
du modèle absent
_____________toi,moi,
l’autre, le souffle qui se tresse

à l’insignifiance de l’air déchaîné
un vent machinique      un vent
sans bourrasques ni accalmie

pour abattre une floraison
excessive, un barrage
de mots dans la nuit

et dégager le passage
d’un sommeil à vif

poussé au rouge

et la distorsion
des figures  du sommeil
.

Jacques Dupin, extrait de Le grésil, P.O.L., 1996
.

View original post

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s