Spinoza, comment en finir avec la servitude volontaire…

Publié le

histoireetsociete

Spinoza_3[1]

C’est une amie israélienne, qui a le même âge, le même prénom, le même métier que moi – nous aurions pu échanger nos histoires- qui m’offre ce texte.

Je lui réponds ceci: merci pour ce texte magnifique, je ne m’étonne pas qu’il retienne ton attention vu nos ressemblances. je connaissais quasiment par cœur le traité Théologico politique, je l’ai découvert d’une étrange manière… Je cherchais de la lecture en français et je suis allée aux anciennes galeries Lafayette de Tizi Ouzou (j’étais à Tigzirt) et là j’ai découvert ce livre poussiéreux dans la collection Garnier et j’ai passe un mois à le lire et le relire dans ce qui était encore un pays sauvage marqué par la violence des armées françaises… Imagine alors la résonnance d’un texte de ce type sur ce que La Boétie avait déjà défini comme la « servitude volontaire », moi qui venait de découvrir l’engagement en luttant…

View original post 1 559 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s