Michel Tournier, Journal Extime

Publié le

lelitteraire.com

Hétéroclite comme un catalogue des objets introuvables, le journal extime de Tournier traite avec fraîcheur du coq et de l’âne…

Pour mieux connaître un être humain, l’indiscret se doit d’observer son sujet pendant une période suffisante, naturellement immergé dans son décor quotidien, tout en tâchant surtout de se faire oublier.Non, je ne suis pas en train de vanter le principe de la caméra cachée à la sauce industrielle du loft : il n’y aura pas de révélations scandaleuses, ni de sexe dans la piscine à part peut-être quelques scènes saisonnières à la migration des canards.

Non, le seul lieu commun pourrait être le confessionnal – et encore c’est pure géographie, jamais il ne servira à épancher quelque misérable état d’âme – car c’est dans un presbytère en vallée de Chevreuse qu’écrit l’anti-héros de cette chronique : Michel Tournier, certainement l’écrivain vivant le plus secret de son intimité et…

View original post 558 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s