Instincts et Institutions par Gilles Deleuze (1955)

Publié le Mis à jour le

ΑΣΥΜΜΕΤΡΙΑ

Ce qu’on appelle un instinct, ce qu’on appelle une institution, désignent essentiellement des procédés de satisfaction. Tantôt en réagissant par nature à des stimuli externes, l’organisme tire du monde extérieur les éléments d’une satisfaction de ses tendances et de ses besoins ; ces éléments forment, pour les différents animaux, des mondes spécifiques. Tantôt en instituant un monde original entre ses tendances et le milieu extérieur, le sujet élabore des moyens de satisfaction artificiels, qui libèrent l’organisme de la nature en le soumettant à autre chose, et qui transforment la tendance elle-même en l’introduisant dans un milieu nouveau ; il est vrai que l’argent libère de la faim, à condition d’en avoir, et que le mariage épargne la recherche d’un partenaire, en soumettant à d’autres tâches. C’est dire que toute expérience individuelle suppose, comme un a priori, la préexistence d’un milieu dans lequel est menée l’expérience, milieu spécifique ou milieu institutionnel. L’instinct…

View original post 1 108 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s