Pierre Macherey : Un oculus sur Spinoza nommé Gueroult & Deleuze

Publié le Mis à jour le

histoireetsociete

Entre autres bouleversements, l’année 1968 a représenté un tournant crucial pour le développement des études spinozistes en France, auxquelles elle a donné une décisive impulsion : ce tournant a été marqué par la publication quasi simultanée de deux ouvrages, Spinoza, t. I, Dieu, aux éditions Aubier-Montaigne (coll. Analyse et raisons dirigée par M. Gueroult), premier tome de la somme monumentale que Gueroult se préparait à consacrer à Spinoza et restée inachevée suite à la publication en 1974 d’un second volume consacré à L’âme dont la rédaction était achevée en 1968 mais dont la mise en circulation avait été différée, et Spinoza et le problème de l’expression, publié par Deleuze aux éditions de Minuit (coll. Arguments dirigée par K. Axelos).

Ces deux ouvrages faisaient passer au premier plan de l’attention du public intéressé par les questions philosophiques un auteur, Spinoza, qui, depuis les commentaires fondateurs de Léon Brunschvicg, Victor Delbos et…

View original post 8 384 mots de plus

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s